Actualites Electroniques - L'actualité de la musique électronique pour tous  
 
 
     
 
 
 

Retrouver dans cette rubrique chaque semaine, la biographie ou l'interview d'un Dj qui fait la une de l'actualité électronique pour nos chroniqueurs. Tous les styles de Dj sont au menu de cette rubrique : minimal, house, électro, techno voire même trance dans certains cas.
La rubrique sera complétée par d'autres Djs et producteurs au fur et à mesure de l'actualité musicale.

 
House
08
Dj Hell - Interview

Helmut Josef Geier, professionnellement connu sous le nom de DJ Hell (né le 6 Septembre 1962 à Altenmarkt an der Alz) est un DJ allemand de house-techno. C’est aussi le patron du label International DeeJay Gigolo Records, à l’origine des plus grands titres d’électroclash qui a émergé à Berlin au milieu des années 90. Il est d’ailleurs considéré comme l'initiateur de ce mouvement à la fin des années 80, connu plus tard sous le nom d’electroclash, popularisant une musique issue de sa ville natale de Munich. Aujourd'hui, nous avons la chance de vous offrir une interview exclusive avec ce producteur allemand. Elle fait suite notamment aux interviews d’autres producteurs allemands comme Thomas Gold, Extrawelt, M.A.N.D.Y., Thomas Schumacher, Butch ou encore Solee.

 

"Hello DJ Hell,

C'est un véritable honneur de t’interviewer, sachant que tu es l'un des papes de la musique électronique et que tu es une référence pour tant de DJs dans le monde, dont moi même. Alors tout d'abord, je voulais vraiment te remercier pour avoir répondu à nos questions.

Il y a quelques jours tu as compilé et mixé le cinquième opus de la série "Coming Home". Après Tim "Love" Lee, Nouvelle Vague, Nightmares On Wax et Boozoo Bajou, toi aussi tu es rentré chez toi, en nous  offrant un mix très personnel qui met en avant les sons qui t’ont influencé en tant qu'artiste et producteur, et même plus, ce sont tes producteurs allemands favoris. Pourrais-tu en quelques mots nous donner plus d’infos sur ce projet? Comment est-il né?
> C’est plus ou moins la même chose que quand un DJ/producteur/manager de label fait une compilation. On a une idée ou une vision de ce projet et on cherche les personnes qui pourraient correspondre à l’objectif de celui-ci. C’est le label qui m’a contacté et m’a demandé de faire un mix appelé « Coming Home ». Quand je fais une compilation la première chose que je fais c’est de dégager mon propre concept qui pourrait s’inclure dans cette série et bien évidemment, le mix que je réalise doit être le meilleur que le label ai jamais sorti. Avec « Coming Home », ce fut un challenge, car au départ je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire, et quand j’ai pensé à cela je me suis dit que les gens n’arriveraient pas à me suivre, car ce n’est pas de la musique électronique à proprement dit. Alors je me suis dit, si j’aime cela, les gens suivront le mouvement. J’ai donc finalement décidé de choisir des chanteurs allemands, , des producteurs, des groupes ou musiciens qui m’ont aidé à aimer la musique, et dans ce cas précis c’est de la musique allemande avec des paroles en Allemand.

Plus précisément, quelles seront tes prochaines sorties?
> Je vais avoir des sorties importantes avant l'été. Tout d’abord, il y aura un album de remix de Teufelswerk avec 27 versions, qui sera publié à la fois en vinyl et en numérique. Et ensuite, il y a aura la nouvelle compilation du label Gigolo, en featuring avec les nombreux nouveaux talents qu’on a pu signer ces derniers temps.

Si tu regardes ton année 2010, qu’est ce que tu peux en dire? Quelle est ta vision de ces derniers mois?
> J'ai eu quelques bons moments et de supers soirées en 2010 notamment au Sonar de Barcelone où l’on m'a demandé d'ouvrir la soirée du Roxy Music et de faire la soirée de cloture.
La House Music a dominé les clubs et le monde de la musique électronique. La plupart des innovations sont venues de ce genre, et j’ai été heureux de revenir à mes racines. En tant que DJ, ça fait 25 ans que je joue de la House Music, et ce fut donc une excellente année notamment à Berlin.
Concernant le label, on a eu de très bonnes sorties et l’un des autres faits marquants fut l’Ire Festival à Tokyo (Japon).

Pour ce qui est des 3 premiers mois de 2011, j’ai décidé de prendre un break, pour réfléchir à de nouveaux projets et sortir de nouvelles choses. Il y aura notamment la sortie de mon livre intitulé “How to become a number one DJ” (« Comment devenir DJ numéro 1 »).

Quand j'entends ton nom, l'un des premiers morceaux qui me vient à l'esprit c’est  « Listen to the hiss" remixé par Tiefschwarz, mais il y a aussi le track que tu as fait il y a quelques années avec P Diddy "The DJ". Y a t-il une histoire particulière derrière cette production, notamment remixé par Radio Slave?
> Puffy adorait ce que je faisais. On a aussi fait de super soirées ensemble à Miami, et quand il a besoin de quelque chose il m’appelle. J’ai beaucoup appris de cette source nouvelle de motivation, et regarder les maîtres est toujours utile dans la vie. Je ne peux donc dire que du bien des moments passés avec lui. Puffy sait que s’il a besoin de quelque chose, je serais là.

Je pense que la première fois où j’ai entendu ton nom c’est en 1998 quand tu as sorti "Warm Leatherette" avec Chicks On Speed. Tu te rappelles de cette époque?
> C’était une époque super, une époque formidable pour Gigolo Records et une nouvelle mode appelée l’"electroclash". Je l'ai nommé ainsi parce que c’était une nouvelle vague de musique avec de nombreux artistes du monde entier qu’il fallait définir, de la meilleure des façons possibles. Alors je me suis dit: « electroclash ». A ce moment là, la scène techno n’était vraiment pas très excitante, et de nombreuses productions suivaient le même chemin, la plupart des DJs jouaient la même chose et oubliaient même une bonne ligne de basse dans leurs tracks. Tout était très similaire et pas à la pointe.
Il était donc temps de ramener des voix, des mélodies, une structure musicale et une touche nouvelle à la musique électronique, avec des beats electrofunk  pour faire tourner le monde à l'envers. J’ai adoré cette période et les années qui ont suivies : ce fut l’époque la plus folle, on a eu les meilleures soirées dans le monde entier. Tout à coup, il n’y avait plus de limites.

Après nous avoir donné ces infos sur ton actualité musicale, nous aimerions en revenir à tes racines musicales. Pourrais-tu nous dire en quelques mots comment tu es devenu DJ et producteur?
> La musique pour moi a toujours été la meilleure forme de communication. La musique est l’uniquement forme d’art capable de vous faire passer par différents états émotionnels. La musique a toujours été pour moi quelque chose de spirituel et fascinant. Etre un DJ et faire le tour du monde est la meilleure chose qui me soit arrivé dans la vie.

Pourquoi as-tu choisi ton surnom de DJ Hell? Est-ce dû au mauvais côté de ta personnalité?
> C’est exactement le contraire.C’est mon bon côté justement. En effet « Hell » signifie lumière ou luminosité en allemand.

Par ailleurs, tu es également le fondateur et gérant de l'un des plus grands labels allemands: Gigolo Records, que tu as créé en 1996. Comment a débuté cette aventure? Pourquoi as-tu décidé de créer ton propre label?
> Je n'étais pas heureux avec les labels avec lesquels j’avais travaillé.
Je me suis alors dit que je voulais faire mon propre chemin et faire les choses de la manière dont je pense qu’elles sont justes. Ainsi je peux toujours sortir la musique que j’aime et pousser des artistes dans lesquels je crois. J’essaye de motiver les gens à aimer ce que j’aime.

En 1992, ton single entêtant "My Definition of House Music" est devenu un hymne des dancefloors, avec près de 50.000 exemplaires écoulés. Trois ans plus tard, tu enregistrais un live BBC John Peel Session à Munich, duquel est sorti l’EP "Original Street Techno". Es-tu nostalgique de cette période, ou es-tu quelqu'un qui regarde toujours devant lui?
> Je suis fier de ce que j'ai réalisé dans le passé. Je suis allé là où jamais personne n’était allé. C’est donc important d’avoir une nouvelle vision des choses, des nouvelles idées. Je ne veux pas me promouvoir moi-même pour le reste de ma vie, à faire la même chose, à suivre la même recette du succès, ou juste jouer la musique que j’aime en tant que DJ.

J'ai aussi reçu quelques prix et nominations, mais je vois cela uniquement comme une reconnaissance de mon travail, et aujourd’hui le monde de la musique électronique, house et techno, a besoin d’un vrai changement. La plupart des soirées ce n’est plus de la musique, et la plupart des producteurs ne font que suivre la tendance et tout le monde utilise les mêmes plug-ins. C’est comme si DJ Westbam arrivait avec un super slogan du style “no more fucking rock n roll”. Aujourd’hui les gens sont lassés des DJs qui ne jouent que des titres inconnus, des mixs spéciaux, leurs propres productions que l’on n’avait jamais entendues avant.

D’un autre côté, il y a tellement de talents dans ce monde. Ca n’a jamais été le cas avant. De nombreux DJs ne mixent plus car tout est devenu automatique, mai ça donne aussi aux DJs une plus grande liberté. On devrait être plus prudent sur l’ensemble de la musique qui sort, aujourd’hui et dans le futur.

Si tu pouvais revenir dans le passé, y a-t-il quelque chose que tu voudrais changer et rendre différent?
> Non, je suis très heureux de ce qu’il s’est passé.

Au début, est-ce que ta famille a compris ce que tu voulais faire dans la vie? Et maintenant sont-ils fiers de ce que tu as réalisé au fil des années?
> Je l'espère.

En ce qui concerne la musique électronique en France, tu en connais un peu la teneur, car tu as notamment produit il y a quelques années l'album "First" de Miss Kittin et The Hacker et je crois savoir que tu connais aussi un peu Vitalic qui a également publié quelques pistes sous ton label. Que penses-tu de la scène électronique française? Y a t-il des artistes que tu connais personnellement ou dont tu apprécies particulièrement le travail?
> La scène française a toujours été très spéciale et unique. J’adore les Daft Punk et leur façon de faire les choses, tracer leur propre chemin. La plupart des artistes technos de la première vague font toujours la même chose et continuent à utiliser la même formule, et c’est aussi un problème que nous avons en Allemagne.  Une fois que tu as trouvé ton propre son, tu va y resté collé  pour le reste de ta vie.

Je pense donc qu’il est plus approprié de parler des nouveaux labels français comme Ed Banger et Kitsune. Quand Gigolo ouvrira ses portes à cette nouvelle génération d’artistes, j’en serais plus que ravi. Ils ont choisi de sortir ce qui leur fait plaisir, quelque ce soit le style.

Et plus globalement, quelle est ta vision sur l'évolution de la musique électronique? Tu as vu tant de choses, du petit club underground à Detroit à la gigantesque Loveparade de Berlin. S’il y avait 3 ou 4 choses que les gens doivent retenir sur l'évolution de la musique électronique, ce serait quoi? Je sais que c'est une question très vaste, mais si tu arrivais à résumer, ce serait parfait.
> J'ai mes propres idées et ma propre vision et je pense que la nouvelle génération viendra avec ses propres nouvelles idées et ses propres concepts. C’est d’ailleurs ce qu’il se passe déjà. Je serais plus qu'heureux s’il y avait encore plus de contrôle de la qualité des titres qui sortent à chaque seconde. Il y a trop de titres qui sortent, disponibles pour tout le monde. Il ne faudrait sortir que le meilleur de ce qui est produit sur chaque ordi au quotidien.
Si on ne prend pas soin de la qualité des sons qui sortent, ca n’aura plus d’importance sous peu. La musique perdra alors de son pouvoir et de sa magie.

Et à part la musique, quels sont tes hobbies?
> Les voitures, les filles, la mode et les soirées.

 

DJ Hell, avant de conclure cette interview, nous avons encore quelques questions à poser. Parfois, un mot suffit!

Le titre que tu nous conseilles d’écouter dans ta discographie?
> U Can Dance

Un artiste avec lequel tu voudrais travailler un jour?
> David Bowie

3 mots pour définir ta musique?
> Le style gigolo

Un mot sur la France ?
> Zidane

Le meilleur club en Allemagne?
> Planet et E Werk, à Berlin  dans les années 90.

MP3 ou vinyl pour tes mixs?
> Vinyl, mp3, wav, CDR.

Le logiciel que tu utilises pour produire?
> Logic

Un privilège auquel te donne accès ton statu de DJ?
> Le salon V.I.P. de Lufthansa

Les meilleurs endroits où tu as mixé?
> Tokyo, Berlin, New-York, Rio

Ton titre préféré en ce moment?
> Gilla - Der strom der zeit (DJ Hell club mix)

Quelques mots sur le site que je gère et où sera publié l’interview: Actualités Electroniques?
> Excellent site. Beaucoup d'infos intéressantes et de très bonnes interviews.

Dj Hell, merci beaucoup, beaucoup pour le temps que tu as consacré à Actualités Electroniques et en particulier pour cette interview complète et exclusive. Nous attendons avec impatience tes prochaines productions, et j'espère aussi avoir l’occasion bientôt de te voir jouer en France ou à l'étranger. A bientôt!
>  Thanxx. Hell. »

Dj Aroy

PLUS D’INFOS SUR DJ HELL
http://www.djhell.com
http://www.myspace.com/djhell
http://twitter.com/gigolorecords
http://www.gigolorecords.com/
http://www.facebook.com/pages/DJ-HELL-OFFICIAL/102888803532

 
Ecrit par Dj Aroy
Article in English       
 
 
 
  Archive des Djs à l'affiche
 
Thyladomid - Interview
 
Gusgus - Interview
 
Mr Flash - Interview
 
The Hacker - Interview
 
Discodeine - Interview
 
 
Chus and Ceballos - Interview
 
Booka Shade - Interview
 
Stimming - Interview
 
Nicole Moudaber - Interview
 
John Lord Fonda - Interview
 
 
 
 
 
 
  Laisser un commentaire

Pseudo :


Votre commentaire sur l'article :

Chaque commentaire sera soumis à validation avant sa publication.



 
  Les commentaires sur Dj Hell - Interview
 
 
 
      Other language   
 
      Rester connecté

 
Facebook Actualites Electroniques
Twitter Actualites Electroniques
Ustream Actualites Electroniques
Myspace Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
  RSS Actualite musique electronique
 
      Music player
 
 
      Liens utiles
Juno Records DJ Chart - Fatboy SlimJuno Records DJ Chart - Tiesto
Latest progressive house DJ Chart at Juno Download 4Juno Records DJ Chart - Digitalism
Sennheiser HD 25-II
 
      Chercher un article
 
      Icônes de style   
 
      Chart by Dj Aroy
FEVRIER 2013

Telecharger le set    
 
ASAF AVIDAN - Maybe you are
   
 
KLINGANDE - Punga
   
 
KLANGKUENSTLER - Die elektronische Welt der Amélie
   
 
SOKOOL - Take care
   
 
BEN PEARCE - What I might do
   
 
KLANGKUENSTLER - Wiesenballett
   
 
PEER KUSIV - Dust
   
 
DAUGHTER - Youth
   
 
MIKE GILL - Let You Go
   
 
LANA DEL REY - Summertime sadness
   
 
 
 
     
     
 
SUPPORTED BY

OTHER LINKS

WE ALSO LIKE