Actualites Electroniques - L'actualité de la musique électronique pour tous  
 
 
     
 
 
 

Retrouver dans cette rubrique chaque semaine, la biographie ou l'interview d'un Dj qui fait la une de l'actualité électronique pour nos chroniqueurs. Tous les styles de Dj sont au menu de cette rubrique : minimal, house, électro, techno voire même trance dans certains cas.
La rubrique sera complétée par d'autres Djs et producteurs au fur et à mesure de l'actualité musicale.

 
House
16
Lifelike - Interview

Lifelike, de son vrai nom Laurent Ash est un producteur et compositeur français de house music. Il débuta sa carrière en 2001 sous le label parisien 20000ST, label de Demon, avec son premier single « The soul of my love » en featuring avec le chanteur de soul new-yorkais Mandel Turner. Le single atteint la cinquième place des charts dance français notamment grâce au soutien de Radio FG et de DJ comme Alex Gopher. Son deuxième single « Black Chess » fut quant à lui réalisé en 2002 et playlisté par Thomas Bangalter et DJ Falcon pendant plusieurs mois lors de leur tournée "Together 2002". Aujourd'hui, nous avons l’honneur de vous offrir une interview exclusive avec celui qui est pour moi l’un des 5 meilleurs producteurs français. Elle fait suite à l’interview d’autres artistes français comme Muttonheads, Rodriguez Jr. ou encore Paul Nazca. Tout d'abord, je tenais donc à remercier Lifelike qui a répondu à nos questions.

"Hello Laurent,

Tout d’abord, saches que c’est un réel honneur de t’interviewer, car tu es pour moi sans aucun doute l’un des meilleurs producteurs français avec Thomas Bangalter, Fred Falke ou encore Alan Braxe. J’ai du écouter à peu près tous tes titres et il est rare que je fasse un set sans l’unes de tes productions. Je te tenais vraiment à te féliciter pour ta carrière exemplaire, auquelle tu as redonné un souffle fin 2010 avec ton fantastique EP « Love emulator ».

Il y a quelques jours tu as sorti ton nouveau titre "Heatwave" sur ton tout nouveau label ComputerScience sur lequel nous reviendrons un peu plus tard. Raconte-nous un peu l’histoire de ce titre et pourquoi est-il sorti tout seul ? Je trouve d’ailleurs, qu’il y a comme un soupçon de Donna Summer « I feel love »…
> Hello, je suis toujours très heureux d’entendre que les DJ jouent mes morceaux. Alors pour « Heatwave » l’histoire est un peu spéciale, puisque c’est plus un rework d’un vieux titre des années 80, qu’une composition 100% originale. Il se trouve que Kris (Menace) m’avait fait écouter il y a très longtemps le titre original un jour où nous étions en déplacement, et on trouvait ce titre mortel, par contre on ne l’avait qu’en mp3 et nous n’avions aucune idée du nom de l’auteur, puisqu’il était sur une compilation que l’on avait copiée chez un ami a Kris.
Les années ont passées et je suis tombé par hasard sur le titre en browsant sur un ancien disque dur où je stockais des backups de certains de mes titres.
En le ré-écoutant je me suis dit, « merde, pourquoi on l’a pas remixé ce truc la ». De la, j’ai téléphoné à mon manager qui s’est occupé de clearer les samples. Au final, j’ai eu le compositeur original au téléphone, à qui j’avais fait parvenir ma démo/remix, qui me dit mais « hey ce n’est pas du sampling ça, c’est du vol, tu as tout pris », j’ai rigolé et en fait je lui ai expliqué qu’il ne s’agissait pas du tout de piquer l’original mais juste d’un remix. On s’est rappelés plusieurs fois et au final, il m’a dit « tu sais plus personne n’en veux de ce titre, alors fais-en ce que tu veux, à condition qu’on partage les droits et les royalties, utilise le sous ton nom si tu veux », on a fait un accord d’utilisation exclusive à condition que l’on cite l’œuvre originale : B.W.H. « Stop », voilà qui est fait. Une fois le track produit, j’ai décidé de le sortir sur ComputerScience mon label en one-shot, sans aucuns remixes, tel quel.

Quelle sera ton prochain titre? J’ai vu qu’il devrait y avoir sous peu des remixes de Moby "The Day", Visitor "Coming Home" et Chromeo "When The Night Falls".
>  Tu sais je sais rarement 3 mois en avance ce que je vais sortir, si on parle ici de mes prods perso. Je décide de ça quelques semaines avant la sortie, car parfois on se fixe sur un titre, on décide de le sortir et au final le jour de la sortie, on se dit « bof c’est pas terrible », depuis je ne décide plus 6 mois en avance ce que je vais faire avec mes propres prods. /-)))

Par contre, sur ComputerScience on va sortir fin Mai l’EP d’un groupe Australien, « Those Usual Suspects », y’aura un feat. de la chanteuse Suédoise Yota (celle qui a fait les vocaux sur ‘Love Emulator’), et pour mi-juin un prochain Lifelike, ça c’est certain.
Niveau remixes, effectivement j’ai récemment fait Moby, Visitor, et Voltaire Twins.

Si tu regardes ton année 2010, qu’est ce que tu peux en dire? Quelle en est ta vision?
>  Pas terrible niveau business, c’était la pire année depuis que je suis dans ce milieu, on a eu beaucoup de problèmes pour se faire payer par les labels, et le deuxième semestre était catastrophique, globalement une énorme baisse de demandes au niveau des bookings. Ce n’était pas une bonne année, en tout cas pas pour moi. Par contre 2011, démarre très très fort !

2010 est terminée. Pour 2011, qu’est ce qu’on peut attendre de ta part? De nouveaux titres bien sûr? Une compilation peut-être? Un album?
> On prépare une compilation de mes remixes pour la rentrée/fin de l’année, en partenariat avec une major. Question album, je ne sais pas, tu sais j’ai toujours travaillé au coup par coup, je trouve que vu les circonstances et les faibles ventes de disques, sortir un album en ce moment est très très risqué. Tu t’exposes non seulement aux critiques relativement violentes des journalistes mais en plus tu va te prendre un gros bide niveau vente, même si ton album est une tuerie, tous mes amis se sont plantés en sortant un album, je ne crois pas que ce soit la bonne solution en ce moment. Je préfère continuer de sortir des maxis one-shot et tourner en tant que DJ, les albums ça n’est pas trop ma tasse de thé.
En ce moment si tu ne fais pas de la merde niveau qualité de production, tu ne vends pas de disques, il n y’a donc aucun intérêt à vouloir faire un album que personne ne va acheter.

Après nous avoir donné ces infos sur ton actualité musicale nous aimerions en revenir à tes origines. Pourrais-tu en quelques mots nous dire comment tu es devenu un DJ et producteur emblématique de la scène de musique électronique en France ?
>  Eh bien en fait, c’est plutôt des connections qui se sont faites avec le temps. J’ai sortis quelques maxis vinyles sous le pseudo de Ferris Bueller à la fin des années 90, en pleine french touch, qui étaient mi-house filtré en face-B avec une face-A très années 80. Sur le label parisien Pliable rec. Puis, j’ai un peu voulu faire mon Stardust a moi, avec le titre avec Mandel Turner « The Soul of  My Love », que Pliable m’a refusé à l’époque. Je bossais à la FNAC et un des amis que j’avais là-bas (CRUSZ), venait de signer sur le label de Demon, 20000ST. Il a fait écouter ma démo aux mecs du label et ils m’ont signé pour 3 maxis. Voilà, après ça j’ai fait pas mal de maquettes et j’ai rencontré Kris Menace avec lequel j’ai fait « Discopolis », qu’on a envoyé a Delphine Queme (la sœur de DJ Falcon) qui s’occupait du label Vulture à l’époque et que moi et Kris on connaissait un peu. Voilà, de là tout est parti.

Au début, est-ce que ta famille à compris ce que tu voulais faire dans la vie? Et maintenant sont-ils fiers de ce que tu as réalisé au fil des années?
> Ma famille m’a toujours soutenu par contre, j’ai quand même galéré pendant des années avant de décoller, même à l’époque de 20000ST on avait jamais d’argent, dès qu’on rentrait un peu de thune on dépensait tout en matériel et en disques, de super gestionnaires financiers (haha). C’était très différent d’aujourd’hui, même si ça ne fait que 10 ans, avant il était très difficile d’obtenir un gros son sans avoir énormément d’équipement, un sampler, l’outil de base pour moi, un bon sampler coutait entre 20000 et 30000Frs (soit 4000Euros), après il fallait le Mac qui coutait une fortune, les compresseurs, les racks d’effets, la table de mixage, l’enregistreur DAT etc….. Aujourd’hui avec un PC à 400Euros tu peux produire un disque qui sonne d’enfer si tu sais bien te servir des logiciels.

Ton premier pseudo si je ne me trompe pas fut Ferris Bueller avec lequel tu as sorti 2 EPs dont notamment ton tout premier « Digitalement Votre EP ». Tu te rappelles de cette époque ?
> Oh que oui, tout était produit sur un sampler Casio FZ-1 et un Roland W-30 avec un vieux Mac qui ne tenait pas la synchro midi (haha). C’était une super époque, j’ai gardé d’excellents souvenir de tout ça, quand il fallait économiser de la mémoire ram dans le sampler sinon tu ne rentrais pas le son de basse etc… tout ça aujourd’hui ça n’existe plus. « Digitalement Votre » c’était très largement inspiré des Rythmes Digitales, Stuart Price aka Jacques Lu Cont, un génie ce type !
C’était aussi la période Daft Punk French Touch, c’était génial tout ces français qui sortaient des trucs et la presse mondiale qui était complètement à fond dans le truc, enfin nous les français on avait notre place et notre musique. La fête de la musique de Juin 1998 m’a laissé un souvenir génialissime, quand on passait dans toutes les rues, tous les DJ jouaient nos disques, tous, partout, que du bon, Vertigo rec, Roulé etc…

Ensuite tu as changé de pseudo pour devenir Lifelike. Pourrais-tu nous expliquer pourquoi ce changement et plus spécifiquement pourquoi Lifelike ?
> D’abord Ferris Bueller, ce n’est pas utilisable, c’est le nom d’un type dans un film culte des années 80 « Ferris Bueller  Day’s Off », mon personnage favori, un énorme glandeur qui réussi tout ce qu’il fait, un peu cliché.
Lifelike, j’ai démarré ça, quand j’ai signé sur  20000ST, on avait réfléchis avec les mecs du label et au final on a trouvé que c’était mieux de changer de nom, Ferris Bueller c’était un peu trop second degré.

Tu t’es fait connaître auprès d’un public plus large avec ton single, «Discopolis», produit avec Kris Menace, que j’ai interviewé il y a quelques jours. Le titre fut publié sur le légendaire label d’Alan Braxe «Vulture Music» et est devenu rapidement un hymne musical notamment à Ibiza. Penses-tu que les gens te verront toujours au travers de ce titre, même si tu as fait d’autres productions comme « Love emulator », « So electric » ou encore tes nombreux remixes? N’est-ce pas trop difficile de changer les mentalités, ou penses-tu que c’est plutôt positif ?
> Bien sur les gens verront toujours le truc de Lifelike à travers « Discopolis », du moins jusqu'à ce qu’on en fasse un autre qui marche mieux (haha) c’était un truc incroyable cette Discopolis mania. A la fin de l’été nos boites à mails étaient pleines de demandes de bookings et de remixes, alors qu’encore le jour de sortie on se demandait si ça allait marcher, parce qu’il nous semblait assez risqué de sortir un truc aussi retro. C’est très positif de pouvoir apporter quelque chose et surtout de voir que les gens adhérent au truc.
C’était le truc le plus populaire que j’ai fait, à la base je ne suis pas trop pour faire des trucs commerciaux, moi ma démarche est plutôt, on fait un truc qu’on aime et si ça marche tant mieux mais si ça ne marche pas, on ne va pas s’adapter à un marché pour ça. Je suis plutôt du coté artistique que du coté commercial. Avec « Discopolis » on a eu les deux, « So Electric » aussi, a très bien marché, plutôt aux USA, qu’en Europe.

Il y a quelques jours nous avons eu une interview avec un de tes vieux amis Kris Menace. Il nous disait que malgré le petit malentendu qu’il y avait eu entre vous il y a quelques années, il se pourrait bien que vous vous remettiez à travailler ensemble pour un nouveau track. Ca a avancé ?
 > En fait on se parle régulièrement maintenant, à l’époque de « Discopolis » on était plutôt fauchés, du coup on s’est pris la tête pour des conneries, les trucs habituels quand tu passe du statut semi-inconnu vers une certaine notoriété, avec le temps je pense qu’on a les idées plus claires et on a pu en discuter. On va se booker une session en studio en juin chez moi et bosser sur un nouveau titre, je pense que ça va être cool, c’est un excellent producteur et je pense qu’on aura quelque chose de concret à sortir à la rentrée, c’est certain.

 

Laurent, en 2010 tu as fondé ton propre label ComputerScience sur lequel est sorti "Love emulator", ton premier single, acclamé par la presse anglo-saxonne. Honnêtement « Love emulator » fut dans mon top 10 de 2010. Vraiment massif. Pourquoi avoir créé ton label après plus de 10 ans de carrière ? Tu penses déjà à ta reconversion ? Pourra t-on entendre bientôt des artistes que tu aurais signé dessus récemment ?
> Très bonne question, en fait oui et non, c’est à dire, que depuis 10 ans les choses ont évoluées dans le business de la musique, aujourd’hui tu peux sortir des titres en digital, sans presser aucuns CD ni vinyles. Tout est digital aujourd’hui, donc plus besoin d’avoir une structure de 15 personnes pour gérer un petit label.
J’ai décidé du coup de tout faire moi-même, avec le temps j’ai accumulé les contacts, et je sais où aller pour faire une bonne promo presse ou club, donc il m’est très facile de mettre un titre en ligne et de le sortir via une petite promo DJ. Donc plus besoin de label externe, en tout cas plus pour mes sorties à moi. Comme ça je garde le contrôle de ce que je fais et personne ne me prends la tête avec des délais de sortie et autres trucs inhérents au label avec lequel tu va dealer. Et choses non négligeable, tout l’argent gagné te reviens à toi, raisons de plus pour ne pas tout faire toi-même, ça ne prends pas beaucoup de temps et j’aime bien m’occuper d’un business, c’est très instructif, tu apprends plein de trucs, j’ai tout appris le tas, je suis un autodidacte (comme dirait Ferris Bueller), donc tout géré moi même me va très bien.

Bon et sinon, il ne faut pas oublier qu’en plus de tes propres productions tu es un remixeur hors pairs. On te doit notamment des remixes pour Chromeo, Demon, Shapeshifters, Joachim Garraud, Alyoa, Sia, DK7 et plus récemment Vitalic. Tu préfères quoi : produire tes propres tracks ou remixer ceux des autres ?
>  J’aime les deux, mais forcément une petite préférence pour mes sorties à moi, j’aime bien voir où va aller le titre, qui va le jouer etc, et prendre des risques en me disant, « tiens et si je faisais ça ou ça »…
 
Et à part la musique, quels sont tes hobbies?
> Les jeux vidéos ! J’ai 3 consoles, des vieux ordis, je joue à plein de trucs différents. Le cinéma, du sport (si si c’est vrai), des trucs normaux quoi J)

Avant de conclure cet entretien, y a t-il quelque chose que tu voudrais ajouter?
>  Merci pour ton interview, c’était bien cool, allez acheter nos disques les mecs, ne les copiez pas ! A bientôt

 

Lifelike, pour terminer cette interview, nous avons encore quelques questions à te poser pour mieux te connaître. Parfois, un mot suffit!

Le titre que tu nous conseilles d’écouter dans ta discographie?
>  Tout sauf Discopolis J)

Un artiste avec lequel tu voudrais travailler un jour?
>  Giorgio Moroder

3 mots pour définir ta musique?
>  Disco, hypnotique, sexy ?

MP3 ou vinyl pour tes mixs?
>  WAV. Ou AIFF, le mp3 a un son pourri J

Le logiciel que tu utilises pour produire?
> Cubase 5 / Ableton Live 8 / Akai MPC 5000

Un privilège, auquel ton status de DJ te donne accès?
> Ne pas travailler le Lundi !

Ton titre préféré en ce moment?
> RETROGRADE « Reset » Deconstruction Record, on ne s’en lasse pas !!

Quelques mots sur le site que je gère: Actualités Electroniques?
>  Je le connais on est allé le visité lorsqu’on a eu besoin d’article en français sur Lifelike pour la réalisation de mon visa de travail US, très bon site !

Laurent, merci beaucoup pour le temps que tu as consacré à Actualités Electroniques et en particulier pour cette interview. Nous attendons avec impatience tes prochaines productions et te voir jouer en France, car je n’ai pas encore eu l’occasion et c’est bien dommage. A bientôt! Et encore bravo pour tous tes titres, ils ne s’arrêteront pas de si tôt de tourner sur mes platines…
>  Merci merci merci à bientôt ! »

Dj Aroy

PLUS D’INFOS SUR LIFELIKE
www.lifelike-music.com/
www.myspace.com/lifelikevulture
www.facebook.com/LifelikeOfficial
www.twitter.com/LIFELIKE

 
Ecrit par Dj Aroy
Article in English       
 
 
 
  Archive des Djs à l'affiche
 
Thyladomid - Interview
 
Gusgus - Interview
 
Mr Flash - Interview
 
The Hacker - Interview
 
Discodeine - Interview
 
 
Chus and Ceballos - Interview
 
Booka Shade - Interview
 
Stimming - Interview
 
Nicole Moudaber - Interview
 
John Lord Fonda - Interview
 
 
 
 
 
 
  Laisser un commentaire

Pseudo :


Votre commentaire sur l'article :

Chaque commentaire sera soumis à validation avant sa publication.



 
  Les commentaires sur Lifelike - Interview
 
 
 
      Other language   
 
      Rester connecté

 
Facebook Actualites Electroniques
Twitter Actualites Electroniques
Ustream Actualites Electroniques
Myspace Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
  RSS Actualite musique electronique
 
      Music player
 
 
      Liens utiles
Juno Records DJ Chart - Fatboy SlimJuno Records DJ Chart - Tiesto
Latest progressive house DJ Chart at Juno Download 4Juno Records DJ Chart - Digitalism
Sennheiser HD 25-II
 
      Chercher un article
 
      Icônes de style   
 
      Chart by Dj Aroy
FEVRIER 2013

Telecharger le set    
 
ASAF AVIDAN - Maybe you are
   
 
KLINGANDE - Punga
   
 
KLANGKUENSTLER - Die elektronische Welt der Amélie
   
 
SOKOOL - Take care
   
 
BEN PEARCE - What I might do
   
 
KLANGKUENSTLER - Wiesenballett
   
 
PEER KUSIV - Dust
   
 
DAUGHTER - Youth
   
 
MIKE GILL - Let You Go
   
 
LANA DEL REY - Summertime sadness
   
 
 
 
     
     
 
SUPPORTED BY

OTHER LINKS

WE ALSO LIKE