Actualites Electroniques - L'actualité de la musique électronique pour tous  
 
 
     
 
 
 

Retrouver dans cette rubrique chaque semaine, la biographie ou l'interview d'un Dj qui fait la une de l'actualité électronique pour nos chroniqueurs. Tous les styles de Dj sont au menu de cette rubrique : minimal, house, électro, techno voire même trance dans certains cas.
La rubrique sera complétée par d'autres Djs et producteurs au fur et à mesure de l'actualité musicale.

 
Minimal
17
Rodriguez Jr - Interview

Grâce au label allemand Mobilee Records, l’un des meilleurs labels berlinois, nous avons obtenu en exclusivité, une interview de Rodriguez Jr, un producteur reconnu et considéré par certains comme le meilleur producteur français du moment. Nous l’avions découvert avec son titre « Soledad » en 2008. Je tenais donc tout d’abord à remercier Rodriguez Jr. de s’être prêté au jeu de l’interview, de même que le label Mobilee. Cinquième interview du genre, après celle de M.A.N.D.Y. ou encore de Solee, Actualités Electroniques continuera à donner la parole aux artistes. Prochainement, vous aurez le droit à l’interview de Thomas Schumacher.

"Salut Rodriguez Jr.,

Suite à ton travail sous ce pseudo et notamment tes sorties sous Mobilee Records, nous voulions en savoir un peu plus sur qui tu étais exactement. Ainsi, nous avons découvert il y a quelques jours la sortie de la compilation « Boxer Champions Selection » sélectionnée par tes soins, pour les 8 ans du label Boxer Recordings avec d’incroyables titres comme celui d’Eyerer et Namito « Ripcurl » ou encore ton excellent titre « Lila ».
Qu’en est-il de ton actualité avec le label Mobilee?

> Ma collaboration avec Mobilee se passe magnifiquement bien, c’est donc naturellement devenu ma plate-forme principale. Je travaille avec une super équipe, à la fois familiale, motivée et efficace, qui gère mes sorties, ma promo et mes bookings depuis Berlin. La suite sera une série de maxis puis mon album en 2011.

Il y a quelques semaines tu as aussi sorti un track avec Marc Romboy qui a fait beaucoup de bruit : « Lac de Nivelles », avec un excellent remix de Glimpse.  Peux-tu nous parler de votre rencontre et de comment cela s’est passé ?
> Nous nous sommes rencontrés grâce à des amis communs et nous avons rapidement sympathisés. Nous nous sommes aperçus, au fil des conversations téléphoniques et échanges d’emails, que nous avions énormément de points communs, tant au niveau de nos influences musicales, que de nos vies de familles. Puis nous avons décidé de tenter l’expérience du studio. Marc est venu passer quelques jours ici pour enregistrer dans mon studio actuel en périphérie Bruxelloise, et « Lac de Nivelles » est le premier track qui en est sorti !

Certains en viendraient même à dire que tu es devenu l’un de ses protégés, notamment depuis votre incroyable set au Rex, l’année dernière en Juillet auquel j’ai pu assister. Es-tu d’accord avec cela ?
> Grosse soirée, c’est clair ! Je suis dès lors rassuré : plus rien de grave ne peux m’arriver si Marc me protège.

D’ailleurs en parlant de Marc Romboy, on vient d’apprendre la sortie officielle de son prochain maxi « Triton » produit avec Stephan Bodzin, annonciateur de leur prochain album « Luna » pour Février 2010. As-tu eu l’occasion d’entendre ce track?
> Oui, ça déchire, comme le reste de l’album et les quelques remixs de leurs anciens tubes que j’ai pu déjà entendre.

Pour être honnête j’ai du écouter quasiment l’intégralité de ta discographie et ce que j’en retiens c’est le rayon de soleil qu’il en ressort à chaque titre, avec un esprit festif et dansant. On retrouve d’ailleurs souvent un petit piano qui fait merveille à chaque fois. Cette atmosphère joyeuse qui se dégage de tes productions, vient-elle de tes origines montpelliéraines ?
> Ça serait le plus beau des cadeaux que mes origines méridionales puissent exister au travers de ma musique. Même si je me suis un peu éloigné du Sud ces dernières années, j’aime Montpellier, la Camargue, Marseille, la Méditerranée. Ce sont mes racines.
Musicalement, j’ai aussi toujours essayé de ne pas tomber gratuitement dans la noirceur et de favoriser une certaine forme d’optimisme. J’adore les trucs darks et suffocants, mais je trouve qu’il est beaucoup plus délicat d’insuffler du sourire à la musique même quand elle est mélancolique.

Le piano semble à la base d’un grand nombre de tes productions. Comment es-tu entré en contact avec cet instrument ?
> J’ai commencé à apprendre le piano et le solfège à l’âge de 6 ans. Une petite école privée avec une vieille dame incroyable qui nous faisait faire des dictées musicales  et chanter des cantiques. Ça a duré quelques années puis je suis passé à autre chose, mais je réalise aujourd’hui que je lui dois beaucoup et je reste en effet très attaché à l’harmonie.

Pour nous le meilleur track de ta discographie reste « Soledad ». Pourrais-tu expliquer à nos internautes la genèse de ce morceau si tu t’en souviens ?
> Ce maxi incluant « Soledad » et « Rubbo Swingo » a été un cap super important à passer. Dans le deuxième partie des années 2000, il y a  eu toute cette déferlante minimale et je cherchais la recette pour adapter ma  musique à ces nouvelles influences, aux nouvelles techniques de production. Restant très attaché à l’aspect mélodique et au groove, j’ai du apprendre à enlever tout ce qui ne servait à rien autour... et je me suis aperçu que ça rendait les choses beaucoup plus fortes et intenses. Le processus a été long et douloureux car ce n’était pas une démarche naturelle pour moi à la base, mais c’est comme ça que j’ai défini ce qu’allait être mon son jusqu’aujourd’hui.

Peu de gens le savent, mais tu as commencé ta carrière en duo, sous le pseudo The Youngsters.  Ainsi j’ai eu la chance de te voir en 2006 au Mix Club à Paris pour un set avec Sébastien Léger. Que cette époque me semble loin…. Par l’intermédiaire d’un post sur Facebook, tu m’avais d’ailleurs informé que tu n’étais plus actif sous ce nom de scène depuis plusieurs mois déjà. Néanmoins, peut-on dire que ce projet a permis de lancer ta carrière ?
> C’était sans doute Gil, mon acolyte, que tu as vu au Mix Club car je n’ai jamais joué là-bas avec Sébastien Léger. Par contre, même si pour l’instant nous sommes concentrés sur nos projets solos respectifs, il n’est pas exclu que The Youngsters reprennent leur activité dans le futur. On a juste mis le projet en pause.
Pour répondre à ta question, oui c’est avec ce projet que tout a démarré - ça représente des tonnes d’excellents souvenirs, de rencontres, de voyages, de concerts. On a sorti nos premiers tracks en 99, d’abord sur le label de Gil (G-Funk), puis sur différents labels français, avant de rencontrer Laurent et d'atterrir sur F-Communications - un rêve de gosse !

Qu’as-tu retiré de cette expérience au côté de Gilles Escoffier pendant près de 10 ans, avec vos nombreuses sorties notamment sur le label de Laurent Garnier, F Communication ?
> Ça a bien sûr été une expérience magnifique. J’ai eu la chance de sortir mon premier album sur un label qui représentait la crème de la musique électronique,  et entouré par des artistes qui m’avaient énormément influencés, comme Laurent Garnier, Scan X ou Jori Hulkkonen. On a énormément appris, tant artistiquement qu’au niveau du business de la musique.

Après ces nombreuses années passées en France, tu as signé avec le label Mobilee. Comment es-tu rentré en contact avec le label dirigé par Anja Schneider ?
> J’ai rencontré Anja Schneider et Ralf Kollmann bien avant que Mobilee existe - en 2003 je crois - et nous sommes toujours restés potes.  Anja sortait son premier disque « Tonite » sur PIAS-Germany, qui était aussi le distributeur d’F-Communications en Allemagne, et le label avait donc pensé à nous pour faire un remix.
Lorsque j’ai commencé à me concentrer sur mon projet solo, à un moment où je me suis un peu retrouvé seul et en recherche de nouveaux repères, Anja m’a toujours poussé dans la bonne direction et filé les meilleurs tuyaux, puis m’a accueilli sur Leena Music - un sous-label de Mobilee dédié aux invités.

Enfin, j’ai lu que tu avais bougé à Bruxelles il y a quelques années. Nous avons eu la chance d’interviewer récemment Kolombo, et puis bientôt il y a aura Compuphonic, deux piliers de la musique électronique en Belgique. Qu’est ce qui a guidé ton choix de partir habiter en Belgique ?
> Facile : j’ai rencontré une Belge ! Et il était bien sûr beaucoup plus facile pour moi  de déménager mon studio. Je ne peux pas dire que j’ai une affinité particulière avec ce pays au delà de ma famille, mais il y a un côté pratique à résider ici : être relativement au centre de l’Europe facilite beaucoup les déplacements et me rapproche notamment de Berlin ou Londres.

Dernière question, si je ne me trompe pas tu as mixé au festival Sonar de Barcelone cet été, peux-tu nous raconter un peu cet événement, avec un set sur un toit je crois…?
> Oui, Mobilee a organisé plusieurs événements pour le ‘Sonar Off’, dont deux après-midi sur le toit de l’hôtel Diagonal, au bord de la piscine - c’est un peu devenu une tradition chaque année : quelques jours de fêtes incroyables et un hôtel envahit par les DJs et clubbers. Le concept de samedi était ‘Mobilee meets Supplement Facts’ avec un plateau assez sympa : dOP, Guy Gerber, Anja Schneider, Pan-Pot, Varoslav et moi-même. Mon set a été très court car j’ai eu la malchance de jouer pendant la seule averse du festival et on n’avait évidemment pas prévu d’abris, puis le soleil est revenu après quelques heures et la fête a recommencé. On en garde tous un bon souvenir, à part peut-être les propriétaires de l’hôtel !

 

Pour terminer cette interview, nous avions encore quelques petites questions à te poser. Un mot suffit parfois pour y répondre !

Quel est l'artiste avec qui tu aimerais travailler un jour?
> Bjork. Fantasme d’adolescent des années 90. Je reste fan.

Tu es plutôt mp3 ou vinyl pour tes mixs?
> CD. J’adore les CDJ1000/2000. Mais je reste un fan du vinyl à la maison.

Ta prochaine date en France?
> Je crois que je reviens en février pour le festival du court métrage à Clermont-Ferrand, puis le lendemain au DV1 à Lyon. Mais les dates bougent beaucoup, et le mieux est d’aller jeter un oeil de temps en temps sur mon site.

Le logiciel que tu utilises pour produire?
> Logic Pro et Live, entourés par  la horde de vieux synthés que j’ai collectionnés au fil des années.

Le titre que tu préfères dans ta discographie ?
> Soledad

Le meilleur club où tu as mixé?
> Trop dur de choisir. J’en garde trois. Le Zouk à Singapour, Fabric à Londres, Watergate à Berlin.

Ton titre du moment?
> And.Id « Isalos » ... depuis plusieurs mois déjà.

Rodriguez Jr., merci beaucoup pour le temps que tu as consacré à Actualités Electroniques. Les lecteurs et moi-même te remercions des quelques minutes que tu nous as accordé. Nous attendons donc avec impatience tes prochaines productions. On espère pouvoir aussi te croiser de nouveau en France pour un set explosif et festif comme à ton habitude.

Dj Aroy

PLUS D’INFOS SUR RODRIGUEZ JR.
http://www.rodriguezjunior.com
http://www.facebook.com/#!/thejuniorbasement
http://www.myspace.com/rodriguezjr

PLUS D’INFOS SUR MOBILEE RECORDS
http://www.facebook.com/#!/mobilee
http://soundcloud.com/mobilee-records
http://www.mobilee-records.de/
http://www.youtube.com/mobileerecords

BONUS

 
Ecrit par Dj Aroy
Article in English       
 
 
 
  Archive des Djs à l'affiche
 
Thyladomid - Interview
 
Gusgus - Interview
 
Mr Flash - Interview
 
The Hacker - Interview
 
Discodeine - Interview
 
 
Chus and Ceballos - Interview
 
Booka Shade - Interview
 
Stimming - Interview
 
Nicole Moudaber - Interview
 
John Lord Fonda - Interview
 
 
 
 
 
 
  Laisser un commentaire

Pseudo :


Votre commentaire sur l'article :

Chaque commentaire sera soumis à validation avant sa publication.



 
  Les commentaires sur Rodriguez Jr - Interview
 
 
 
      Other language   
 
      Rester connecté

 
Facebook Actualites Electroniques
Twitter Actualites Electroniques
Ustream Actualites Electroniques
Myspace Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
  RSS Actualite musique electronique
 
      Music player
 
 
      Liens utiles
Juno Records DJ Chart - Fatboy SlimJuno Records DJ Chart - Tiesto
Latest progressive house DJ Chart at Juno Download 4Juno Records DJ Chart - Digitalism
Sennheiser HD 25-II
 
      Chercher un article
 
      Icônes de style   
 
      Chart by Dj Aroy
FEVRIER 2013

Telecharger le set    
 
ASAF AVIDAN - Maybe you are
   
 
KLINGANDE - Punga
   
 
KLANGKUENSTLER - Die elektronische Welt der Amélie
   
 
SOKOOL - Take care
   
 
BEN PEARCE - What I might do
   
 
KLANGKUENSTLER - Wiesenballett
   
 
PEER KUSIV - Dust
   
 
DAUGHTER - Youth
   
 
MIKE GILL - Let You Go
   
 
LANA DEL REY - Summertime sadness
   
 
 
 
     
     
 
SUPPORTED BY

OTHER LINKS

WE ALSO LIKE