Actualites Electroniques - L'actualité de la musique électronique pour tous  
 
 
     
 
 
 

Retrouver dans cette rubrique chaque semaine, la biographie ou l'interview d'un Dj qui fait la une de l'actualité électronique pour nos chroniqueurs. Tous les styles de Dj sont au menu de cette rubrique : minimal, house, électro, techno voire même trance dans certains cas.
La rubrique sera complétée par d'autres Djs et producteurs au fur et à mesure de l'actualité musicale.

 
Techno
05
Umek - Interview

Umek a effectué très tôt ses premiers pas dans le milieu de la musique électronique, au début des années 90 et c'est ainsi qu'il devint l'un des DJs techno les plus respectés de la scène mondiale, avant même la fin du dernier millénaire. Il est originaire de Slovénie, pays connu pour ses grosses soirées. Il ne faut pas oublier non plus qu’il fut en 2009 le meilleur vendeur de tracks sur Beatport et l’année dernière dans le classement du DJ Mag Top 100 DJs, il a été classé 3ème DJ mondial dans la catégorie techno et 39ème toute catégorie confondue (en 2009). Durant les deux derniers mois, il a placé deux titres à la place de numéro 1 du chart Beatport, avec "OMGWTF" et "Back In The Race" produit avec Beltek. Il est également le fondateur du label  1605 Music Therapy Recordings. Aujourd'hui, nous avons la chance de vous offrir l’interview exclusive que nous avons eue avec lui, fin 2010. Et grâce à son management vous pouvez gagner certains de ses albums et goodies en cliquant ici.

"Hello Umek,

Tu viens de sortir un morceau produit avec Jay Lumen "Popgirls". Pourrais-tu s'il te plaît nous donner plus d'informations sur cette nouvelle sortie?
> Si je peux commencer par une observation intéressante, cela fait seulement deux jours que le titre est sorti, et c’est déjà la deuxième fois aujourd'hui qu’un journaliste me pose la question. J'ai rencontré Jay Lumen par hasard, sur Skype il y a quelques années. J’aime sa musique et nous avons travaillé ensemble pour la première fois en 2008 quand il a produit un excellent remix de mon titre « Army of Two » réalisé avec Belek et sorti sur un sous label d’Armada.  A cette époque, sa musique était encore très progressive, mais il avait quelque chose de spécial qui a attiré mon attention. J’ai immédiatement remarqué son immense talent et depuis, nous avons enregistré "Sinful Ladies" pour la compilation Munich Discotech vol. 6 sur Great Stuff, un remix pour le titre de Rah Band "Clouds Across The Moon" sur le même label et enfin "Popgirls" sur mon label 1605. Nous travaillons déjà sur de nouvelles choses.

Concernant "Sinful Ladies" il m'a envoyé l'idée de base, j'ai changé la section rythmique de départ et les arrangements, nous avons échangé nos idées, échangé nos avis, jusqu'à ce que nous soyons satisfaits et j'ai terminé le mix final.  Pour le remix sur Great Stuff, il a présenté l'idée et j’ai bossé sur les beats. Enfin, pour « Popgirls », j’ai fait les deux premières minutes, puis il les a épuré selon ses souhaits et a ajouté sa touche. Il me l’a renvoyé et j’en ai fait de même jusqu’à ce que cela nous plaise. Il n’y a pas de règle sur comment on bosse, mais il y a une connexion qui s’établie naturellement et en plus ca marche bien sur Beatport et sur les autres plateformes de téléchargement. La chose la plus marrante, c’est que je n’ai jamais rencontré Jay en personne, bien que je sois de Ljubljana et lui à Budapest, à seulement 4 heures de voitures. On s’est rencontré par Internet et on continue ainsi. Certains artistes ont des problèmes pour bosser ainsi, mais pour moi je trouve que c’est vraiment sympa de pouvoir créer de la musique d’un simple clic de souris.

Quel sera ta prochaine sortie?
> Décembre fut assez chargé avec mes dernières sorties. Il y a eu le titre "Novi Sad" publié sur Great Stuff, il y a aussi eu mon combo avec PHNTM "Freaks On The Floor" sur 1605, le 20 Décembre. J’ai aussi publié ma 50ème sortie sur mon label 1605 en collaboration avec Traumer. Enfin, il y a ma reprise officielle du track "Amphétamine", un hymne classique du mouvement rave, produit par Drax Ltd et qui cartonne déjà sur les dancefloors du monde entier.

2010 s’est terminé il y a presque un mois. Pour 2011, qu’est ce qu’on peut attendre de ta part? De nouveaux tracks bien sûr? Une compilation peut-être?
> Il y aura certainement beaucoup de nouvelle prods qui sortiront de mon studio dès début 2011. Les deux prochains titres que je publierais auront un esprit techno-disco que j'ai déjà exploré avec succès sur les titres comme "OMGWTF", « Back in the race» (ft. Beltek), "Ljubljana", "Firefigh" (les deux sur le label Intec) et "Novi Sad". C'est un son très mélodique, chaleureux et funky, juste ce qu'il faut pour danser. Je me laisse toujours entraîner par la musique, partout où elle m’emmène pendant que je suis en studio. Je m'assieds, je commence à travailler et ce sors de mes haut-parleurs à la fin du processus est tout à fait imprévu et inattendu. Je suis également entrain de remixer un titre de Tocadisco et de nouvelles prods avec Jay Lumen, Beltek et Tomy DeClerque. Et oui, il y aura une nouvelle compilation avec mon nom dessus. J'ai déjà enregistré quelques morceaux exclusifs et je suis en train de choisir des tracks pour ma propre compilation de la série Toolroom Knights compilation qui sortira début 2011.

De plus, tu viens d’être classé 50ème DJ mondial par le classement DJ Mag 2010 entre James Zabiela et Paul Oakenfold. T’en pense quoi? Penses-tu que cela récompense une année complète et la sortie de ton second album  “Responding To Dynamic”, sorti en Mars 2010?
> Eh bien, concernant ma position non. En effet, c’est 11 places de moins que l'année dernière. C'est un fait. Mais un autre fait c’est que je n'ai jamais eu une année aussi chargée, avec autant de dates et de titres ou sets diffusés. Il semble que d’autres artistes ont travaillé très fort aussi, et la tendance des artistes techno perd encore un peu pied. Dans tous les cas, être 50ème dans ce sondage me montre que je suis toujours au top de la musique underground.

Si en 2009/2010, j’ai plutôt bien marché auprès des professionnels de la musique électronique, c’est au tour des médias de s’intéresser à moi et j’espère que les clubbers qui viendront me soutenir en club en 2011 me soutiendront avec encore plus de passion. En tout cas je ne vais pas m’endormir sur mes succès passés et ralentir. J'ai construit une équipe très forte autour de moi et nous travaillons tout le temps car c'est une scène très concurrentielle et l’on se doit de toujours faire de son mieux, si l’on veut rester en haut de l’affiche.

Après nous avoir donné cette petite introduction sur l’actualité de ta musique, nous aimerions en revenir à tes origines. Pourrais-tu nous dire en quelques mots, comment tu es devenu DJ et producteur?
> Bien que j'ai appris la musique électronique et sa culture par moi-même, j’ai quelques mentors. Il y a notamment Aldo Ivancic, qui a été impliqué dans des projets de musique électronique comme Borghesia, par exemple, et ses énormes soirées au K4 club, qui a été le berceau de la culture alternative à Ljubljana. C’est mon lieu favori pour jouer. Ma maison. Au milieu des années 90, il y avait encore un petit écart entre la production et le DJeejing. Ou au moins les deux univers n’étaient pas si proches qu’aujourd'hui. J'ai décidé de faire les deux, la production et l'interprétation, très tôt dans ma carrière et j'ai été un peu frustré car j’avais déjà plus de 30 sorties sur de bons labels et c’est seulement après que les promoteurs se sont intéressés à moi en tant que DJ. Ma réputation s’est faite lentement et régulièrement et j’ai atteint ma position actuelle, étape par étape, avec des sorties étalées dans le temps avec des DJs sets en soirées. Ca a été dur au début, mais la méthode a prouvé son efficacité et je travaille toujours autant pour prouver la qualité de mon travail et être en au haut de l’affiche de la scène techno mondiale.

Au début, c'était vraiment difficile pour moi d'être en contact avec la musique électronique car en Slovénie elle n’existait pas jusqu'au début des années 90, lorsque j'ai découvert le Cool Night Show animé par Aldo Ivancic, MC Brane et Primoz Pecovnik sur une radio étudiante. Ils jouaient tous les genres de musiques électroniques, de la trance, de la musique rave, de la techno, et d’autres choses vraiment sombres... Peu de temps après ils ont commencé leurs soirées au K4 club, le lieu de rencontre des étudiants. Je suis devenu un clubber régulier et je suis alors entré en contact avec des artistes comme Jure Havlicek (Anna Lies et Moob, qui travaillent maintenant pour la scène néo-disco le pseudonyme de Sare Havlicek) qui m'a invité dans son studio et qui m’a montré comment cette musique était faite. C’est à ce moment, que j’ai fais mes premiers pas de producteur, en utilisant le 8-bit Screen Tracker avec 4 canaux mono, qu’on enregistrait sur nos cassettes. C’était loin d'être professionnel, mais nous avons passé beaucoup de temps à faire de la musique. Et quand Jure m'a montré son Roland 808 et 909 et toutes ses autres machines légendaires, j’ai su que c'était exactement ce que je voulais faire dans ma vie. Comme il n'y avait pas le droit d'auteur en Slovénie, à cette époque, j'ai commencé à vendre des cassettes pirates (pour des labels pirates) avec mes amis. Cela nous a permis de récolter assez d'argent pour acheter un premier sampler. Nous l'avons acheté chez Random Logic et la moitié de ce projet, Gregor Zemljic, masterise toujours pas mal de mes morceaux.

 

Au début, est-ce que ta famille a compris ce que tu voulais faire dans la vie? Et maintenant sont-ils fiers de ce que tu as réalisé au fil des années?
> Eh bien, ma mère a eu connaissance de ma passion pour la musique dès mon plus jeune âge et c’est même elle qui m'a acheté ma première radio avec lecteur cassette. Il y avait toujours de la musique dans ma chambre. Dès que je revenais de cours, j’allumais la radio jusqu’à ce que je me couche. Je faisais mes devoirs toujours avec de la musique en fond - ce que je ne recommande pas vraiment si vous voulez réellement apprendre quelque chose. J

> Donc, elle était au courant de mon amour pour la musique, mais elle n’a pas aimé quand j’ai quitté l’école et le basketball pour devenir un DJ et producteur international. Nous en avons parlé et j’ai essayé de trouver un compromis en tentant d'obtenir un diplôme, mais je n'ai pas trouvé d'école assez intéressante et je n’ai donc jamais fini mon cursus. Maintenant, elle admet que l'école n'était pas le bon endroit pour moi et qu'elle est fière de ce que j’ai fait de ma vie, que je puisse prendre soin de moi et vivre ma vie en étant DJ. Une fois qu'elle s'est rendue compte que j’ai vraiment passionné par mon travail et près à travail dur pour atteindre mes objectifs, j'ai toujours eu son soutien. Elle s’est tenue à mes côtés depuis le début de mes 17 années de carrière professionnelle.

J'ai lu que courant Décembre, un documentaire nommé «Techno heavy-weights Umek & Carl Cox in back to back interview " est sorti, et dans lequel toi et Carl Cox débattez de votre passé, de la musique en général et de l'avenir de la techno. De quoi s’agit-il exactement?
> Fin août, j’ai invité Carl Cox en tant que guest d'honneur pour ma soirée « Party for the Cause » dans le parc central de Ljubljana et comme nous avions récemment pas mal bossé ensemble je lui ai demandé qu’on fasse une interview, entouré de 4 caméras. Nous l'avons fait au milieu de la nuit dans un hôtel à Ljubljana. Nous avons parlé de comment nous avions découvert la musique de l’autre, la façon dont nous nous sommes rencontrés, sur l'état de la techno aujourd'hui et la vision de son évolution dans les années à venir... Nous avons couvert beaucoup de sujets intéressants. L'interview est sincère et drôle et je crois que ce sera un bel hommage à la culture club. La vidéo est disponible gratuitement sur tous les canaux possibles depuis quelques jours.

As-tu des objectifs et des défis pour 2011, des choses que tu souhaiterais atteindre ou réussir?
> Oui, mais c'est vraiment très élémentaire: j’aimerais faire de grosses soirées et passer autant de temps que possible à créer de la musique. C'est ce que j'aime faire le plus et je l'apprécie depuis le premier jour de ma carrière.

J'ai vu sur ta page Facebook que depuis 1996 tu as publié plus de 200 pistes. Dingue! Comment décrirais-tu ta façon de travailler, l’émotion que tu transmets à ton public ? Quelles sont tes sources d'inspirations?
> Je produis de la musique basée sur mon expérience en club et dans les festivals. Je produis avec une piste de danse dans la tête. Je produis de la musique pour que les gens dansent. C’est un processus assez intuitif. Je vais habituellement en studio avec une idée de samples et je commence à travailler. Je teste beaucoup de choses jusqu’à obtenir ce que je souhaite.  Je me laisse prendre par la musique et le résultat final est souvent très différent de ce que j’avais prévu au départ. Je suis très productif. J'aime passer du temps en studio et je suis capable de produire plusieurs titres chaque semaine. J’ai plus de 100 heures de musique, plus ou moins finie dans mes archives que je ne publierais pas.  Je dois faire une sélection. On ne peut pas sortir tout ce que l’on fait.

> C’est aussi important de profiter d’une piste pendant un certain temps après qu’on l’ait terminé et d'y revenir quelques jours ou semaines après. De cette façon, vous pouvez entendre si c'est vraiment bon et s’il fonctionne comme il faut. Le titre de mon dernier album " Responding to Dynamics " est le résumé de ce que je fais avec la musique. Ma musique est une dynamo et les danseurs sur la piste y répondent différemment. Chaque individu réagit à ses propres déclencheurs. C'est une chose individuelle. Ma musique n’a pas de message défini. C'est un assemblage de sons avec lesquels les gens créent leur propre histoire dans leur esprit. Je leur donne des couleurs et ils peignent leurs propres images. Meilleures seront les couleurs que je leur donne, meilleures les images seront, plus complexes et plus qualitatives. Parfois, je n'aime pas vraiment comment sonne une piste, mais elle peut très bien fonctionner dans un mix et je dois donc trouver comment la mélanger aux autres. De cette façon, je crée une forme cohérente de mix, qui n’est pas seulement un enchainement de sons mais une vraie histoire. Dans tous les cas, vous obtiendrez une histoire à partir de mes sets. A chaque fois vous retrouverez dans ma musique un fil conducteur, une énergie et de la puissance.

Sachant que tu viens de Slovénie, y a t-il un ou deux artistes slovènes dont tu voudrais nous parler aujourd’hui?
> Il y a tout un tas de bons artistes en Slovénie. Deux dont j’ai vraiment besoin de vous parler sont le producteur montant du moment Beltek, un producteur polyvalent avec une bonne oreille pour la house et la techno. Ses meilleures armes sont les mélodies accrocheuses. L’autre est Tomy DeClerque, qui est déjà entré dans le Top 40 en Angleterre il y a dix ans, mais qui a opté pour de la musique underground malgré son succès commercial. C’est un producteur habile et nous partageons la même vision de la musique techno, alors quand j’ai des moments difficile, il m’aide à masteriser mes morceaux. Mais il y en a des tas d'autres: Ian F, Aneuria, Mike Vale, Andrew Technique, F.Sonik, BlazV/Reconceal... pour ne citer qu’eux.

Par ailleurs Umek, que connais-tu de la musique électronique en France? Y a t-il des artistes que tu connais personnellement? Dont tu aimes le travail? Sebastien Leger par exemple?
> Bien sûr, il y a toute une génération de grands artistes techno français tels que Kiko, Agoria, Oxia et Sebastien Leger, qui est un DJ et producteur très polyvalent. Je l'ai accueilli à la soirée Day of Electronica à Ljubljana et à ma résidence estivale au Byblos, Porec. Nous avons également échangé quelques remixes. J'aime son style de musique, ce qu'il produit et ce qu'il joue. J'ai aussi publié un titre ["Folie EP"] d’un jeune producteur français Worakls au début 2010 sur mon label 1605 et je vais célébrer la 50ème piste du label 1605 avec le français Traumer.

En dehors de la musique, quels sont tes hobbies?
> Je fais pas mal de sports: fitness et vélo quand il fait chaud et du snowboard en hiver. Je viens juste de commencer ma saison de snowbard il y a quelques jours et c'est toujours un plaisir. Parfois, je vais aussi me reposer dans les glaciers des Alpes autrichiennes durant l'été. J'aime aussi regarder des films et des séries télévisées, je suis un inconditionnel des series de science-fiction et parfois je prends même quelques jours de repos pour faire de la Playstation. Et puis il y a le basket-ball. En tant qu’ancien joueur de basket, je suis un fervent partisan de l’équipe de ma ville natale Olimpija. Après sept années de mauvais résultats, ils jouent vraiment mieux cette année, et c’est un vrai plaisir pour les yeux de les regarder jouer.

 
Avant de conclure cet entretien, y a t-il quelque chose que tu souhaiterais ajouter?
> Non, pas vraiment.

 

Umek, pour conclure cette interview, nous avons encore quelques questions à te poser pour mieux te connaître. Parfois, un mot suffit!

Le titre que tu nous conseilles d’écouter dans ta discographie?
> Il y en a quelques-uns, mais si vous avez le temps d'en écouter un seul, ce sera "Ricochet Effect" extrait de "Print this story EP", sorti sur le label Manual en 2008. Il ne reflète pas mon univers sonore actuel et je ne le joue plus dans mes sets, mais c'est un titre que j’aime toujours autant.

Un artiste avec lequel tu aimerais travailler un jour?
> Il n'y en a pas vraiment. En fait, j'apprécie travailler avec des artistes pas forcement connus. Il vous suffit pour attirer mon attention, d’avoir tout simplement de la bonne musique, de me contacter par Skype et puis c'est tout. Je suis ouvert à tout type de collaborations. Je suis à la recherche des bonnes idées.

3 mots pour définir ta musique?
> Energique, dansante et organisée

Vinyl ou MP3 pour tes mixs?
> MP3

Un mot sur la France?
> Croissants! J C'est la première chose auquel je pense quand on parle de la France.

Le logiciel que tu utilises pour produire?
> Logic

Le meilleur club en Slovénie (nom et ville)?
> Student Union’s Klub K4, à Ljubljana, un club underground de musique électronique dans le centre-ville pour environ 500 personnes.

Un privilège auquel te donne accès ton statu de DJ?
> Le service de l’hôtel

Un endroit où tu voudrais mixer un jour: dans un club ou dans la nature!?
> Dans l'espace! Cela ne me dérangerait pas si certains aliens se joignaient à nous sur la piste de danse.

Ton titre préféré en ce moment?
> Christian Cambas "Fireball"

Quelques mots sur notre site Actualités Electroniques?
> Pas facile à dire car malheureuseument je ne parle pas français à part quelques phrases comme: voulez vous danser avec moi, oui, non et merci beaucoup. A première vue, en tout cas, il semble intéressant et bien tenu.

Umek, merci beaucoup pour le temps que tu as consacré à Actualités Electroniques et en particulier pour cette interview extrêmement complète et exclusive. Nous attendons avec impatience tes prochaines productions. Nous espérons aussi te voir bientôt en France pour une date. See ya!

 

Dj Aroy

PLUS D INFOS SUR UMEK
Umek @ Juno Download
http://www.sixteenofive.com/
http://www.facebook.com/umek.si
http://www.myspace.com/djumek
http://www.facebook.com/sixteenofive
http://twitter.com/umek_1605
http://www.umek.si/

BONUS – Umek – Responding to dynamic [Free track]
http://www.zweistein.si/members/umek-responding_to_dynamic.mp3.zip

 
Ecrit par Dj Aroy
Article in English       
 
 
 
  Archive des Djs à l'affiche
 
Thyladomid - Interview
 
Gusgus - Interview
 
Mr Flash - Interview
 
The Hacker - Interview
 
Discodeine - Interview
 
 
Chus and Ceballos - Interview
 
Booka Shade - Interview
 
Stimming - Interview
 
Nicole Moudaber - Interview
 
John Lord Fonda - Interview
 
 
 
 
 
 
  Laisser un commentaire

Pseudo :


Votre commentaire sur l'article :

Chaque commentaire sera soumis à validation avant sa publication.



 
  Les commentaires sur Umek - Interview
 
 
 
      Other language   
 
      Rester connecté

 
Facebook Actualites Electroniques
Twitter Actualites Electroniques
Ustream Actualites Electroniques
Myspace Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
Flux Rss Actualites Electroniques
  RSS Actualite musique electronique
 
      Music player
 
 
      Liens utiles
Juno Records DJ Chart - Fatboy SlimJuno Records DJ Chart - Tiesto
Latest progressive house DJ Chart at Juno Download 4Juno Records DJ Chart - Digitalism
Sennheiser HD 25-II
 
      Chercher un article
 
      Icônes de style   
 
      Chart by Dj Aroy
FEVRIER 2013

Telecharger le set    
 
ASAF AVIDAN - Maybe you are
   
 
KLINGANDE - Punga
   
 
KLANGKUENSTLER - Die elektronische Welt der Amélie
   
 
SOKOOL - Take care
   
 
BEN PEARCE - What I might do
   
 
KLANGKUENSTLER - Wiesenballett
   
 
PEER KUSIV - Dust
   
 
DAUGHTER - Youth
   
 
MIKE GILL - Let You Go
   
 
LANA DEL REY - Summertime sadness
   
 
 
 
     
     
 
SUPPORTED BY

OTHER LINKS

WE ALSO LIKE